Qu’est ce que la norme BPMN ?

La Business Process Model and Notation (BPMN) est une norme gérée par un organisme international, l’Object Management Group, qui est à l’origine de la norme UML. Sa création remonte à 2004, et la version actuelle est la 2.0 depuis 2013.

Le BPMN a pour objectif d’encadrer la modélisation des processus à travers une notation qui soit claire, intuitive et compréhensible par tous. La norme permet de visualiser, formaliser, normaliser, et automatiser les processus métiers en les rendant lisibles et accessibles. Ainsi dans une organisation, des ingénieurs, des responsables, des opérationnels ou des consultants peuvent communiquer et comprendre instantanément les processus dessinés en parlant le même langage, c’est-à-dire la norme BPMN. Cette norme est souvent utilisée par le BPM Low-code.

Les principaux éléments de base de la norme BPMN


Le BPMN est un donc un ensemble de logigrammes permettant de comprendre visuellement les processus. Dans cet exemple, nous imaginons que l’on souhaite gérer un processus d’envoi de marchandises. On peut voir sur ce schéma plusieurs diagrammes et figures importantes dans la norme BPMN, à savoir :

Nous allons prendre l’exemple suivant pour illustrer un processus en BPMN :

Les “activités” qui permettent d’exécuter une tâche

Les “transitions” ou les “connexions” qui permettent de relier les différentes figures entre elles

Les “branchements”, qui permettent d’orienter les flux vers les étapes suivantes

Nous pouvons voir 3 types de branchements :

Les branchements “parallèles” de processus qui parallélisent ou fusionnent le processus, pour indiquer que des tâches peuvent être effectuées en simultanées.

Les branchements “exclusifs” qui orientent le processus vers une seule transition.

Et les branchements inclusifs qui peuvent orienter vers un ou plusieurs transitions en fonction du contexte.

Nous avons ensuite les évènements qui se déclenchent automatiquement lorsque certaines conditions sont réunies, comme ici des produits qui sont à envoyer ou des marchandises mises à disposition.

Les “couloirs” permettent de savoir qui est en charge de faire quoi, en représentant les participants et entités du processus, ici un manager logistique, un employé de bureau et un employé d’entrepôt.

Illustration d’un processus métier concret avec le BPMN

Pour mieux comprendre comment fonctionne un processus en BPMN, il faut imaginer une instance de processus, comme un jeton qui avance dans le processus, et qui peut se diviser ou fusionner en fonction des actions à réaliser lors du traitement de cette instance de processus.

Dans cet exemple, nous allons illustrer le choix d’un type de transport pour l’expédition d’une commande et le processus démarre avec l’événement de début “Produits à envoyer”.

A ce moment le premier branchement parallèle divise le jeton en deux, afin de paralléliser le traitement. D’un côté, il faut emballer les produits, de l’autre, on va commencer à vérifier s’il faut ou non faire appel à un transporteur spécial. Les deux tâches n’ont pas forcément besoin d’être réalisées simultanément, mais elles sont traitées en parallèle.

Nous allons traiter le cas du choix du type de transport. En fonction de la décision prise par l’employé du bureau, le processus (ou le jeton) arrive sur un branchement exclusif, où, contrairement au précédent branchement parallèle, une seule transition devra être activée.

Soit on passe par la poste, soit on fait appel à un transporteur spécial.

Mais en aucun cas, on ne peut envoyer la même commande via deux transporteurs différents (d’où le terme exclusif).

Imaginons à présent que l’on passe par la Poste pour le transport. L’employé du bureau aura comme tâche de vérifier s’il faut ou non souscrire une assurance pour le produit.

En fonction de ce choix, le branchement inclusif permet de savoir si l’on emprunte l’un, l’autre ou les deux chemins, à savoir s’il faut compléter le bordereau d’envoi, souscrire à l’assurance, ou effectuer les deux activités.  

Dans notre cas, il faudra toujours compléter le bordereau, et imaginons que pour cette instance il faut également souscrire une assurance. Dans ce cas, les 2 activités seront activées.  

Lorsqu’une tâche sera terminée, par exemple “souscrire l’assurance”, le jeton va arriver au deuxième branchement inclusif, qui permet d’attendre que tous les jetons partis du premier branchement soient arrivés avant de continuer le processus.   

Ainsi, le premier jeton reste en attente sur le branchement, jusqu’à ce que la tâche “compléter le bordereau” soit terminée. Une fois que c’est fait, les deux jetons “fusionnent”  et le processus continue sa progression jusqu’à arriver au deuxième branchement parallèle.

Ce dernier, tout comme le précédent branchement “inclusif” va attendre que tous les jetons  partis du premier branchement parallèle soient arrivés.  

Ainsi, lorsque l’emballage des produits sera terminé, le jeton va arriver au branchement parallèle et va fusionner avec le jeton qui était en attente pour continuer le processus.

Une fois le colis déplacé dans la zone de sélection, les marchandises sont disponibles et nous sommes arrivés à la fin de ce processus.

Cet exemple concret nous a donc permis d’illustrer grâce à la norme BPMN la réalisation d’un processus métier avec ses différents intervenants, ses différentes tâches à effectuer et ses différents choix possibles.

Quels sont les avantages du BPM ?

Il y a de nombreux avantages à utiliser un outil BPM :

→ Une notation visuelle et claire → Un format commun automatisable → Un langage unifié, compréhensible même en dehors de votre organisation → Une interopérabilité entre plusieurs organisations et plusieurs outils → Une norme évolutive grâce à une communauté active, pour répondre aux besoins métiers qui changent sans cesse
Rédigez votre cahier des charges
Dans ce livre blanc retrouvez les 6 étapes indispensables qui permettent d’assurer la réussite de vos projets ERP.